Société

La pension de réversion correspond à la retraite qu’aurait pu toucher une personne qui a finalement décédé. Elle est alors versée au conjoint survivant pour lui permettre de vivre. Cette pension repose sur le principe de solidarité entre époux avec des revenus qui vont venir naturellement couvrir les besoins de l’époux ou l’épouse.

Un versement sous conditions
Pour pouvoir bénéficier d’une pension de réversion, le conjoint survivant ne doit pas s’être remarié. Il doit également avoir au moins 55 ans. Si ces conditions sont remplies, une demande pourra être déposée pour pouvoir prétendre à cette part de retraite de son conjoint décédé.

A 55 ans, une première démarche pourra être faite pour obtenir une pension de réversion du régime de base. Après étude du dossier, il est possible qu’il faille attendre 60 ans pour pouvoir percevoir la part complémentaire ou un abattement définitif.

Quel montant pour sa pension de réversion ?
Le montant versé correspond à 60% des retraites prévues pour la personne décédée. Après un relevé de carrière, une moyenne des salaires perçus tout au long de sa période active sera calculée pour déterminer la somme exacte qui sera versée chaque mois. Plus ces salaires seront élevés, plus la pension de réversion sera importante.

Le même mode de calcul est utilisé pour les commerçants et les salariés. Les artisans sont par contre soumis à un plafond de ressources. Le résultat ne peut donc pas dépasser ce plafond déterminé chaque année.

La réforme de cette pension
Le gouvernement Macron a décidé de reformer le monde des pensions de réversion. Des changements sont donc à venir. Une harmonisation des méthodes de calcul fait partie des objectifs de ces modifications. Face à 13 systèmes différents, une simplification s’impose pour pouvoir être plus efficace. Souvent au cas par cas, il est difficile de comprendre les variations d’un bénéficiaire à l’autre.

Les personnes qui touchent actuellement une pension de réversion ne verront pas de modification, ni sur le calcul, ni sur le montant octroyé. Cette réforme concerne uniquement les bénéficiaires à venir pour lesquels une nouvelle méthode de calcul sera utilisée.

Une baisse par rapport à l’ancienne méthode de calcul pourra se présenter pour certaines personnes. Pour d’autres, aucun changement ne sera perceptible et d’autres veufs verront leur pension plus importante. L’entrée en vigueur de cette réforme est prévue pour 2019 pour plus de 4 millions de bénéficiaires à venir. Dès le dépôt de la demande, cette nouvelle procédure sera appliquée.