Société

La problématique liée au sort de nos aînés et au futur des seniors en France est plus vive que jamais. C'est dans ce contexte qu'Agnès Buzin, ministre de la santé, souhaite faire de cette question un véritable enjeu public. En effet, cette dernière s'apprête à solliciter la population française en lui soumettant, à l'occasion d'une consultation citoyenne, la question suivante : "Comment mieux prendre soin de nos aînés ?". En quoi consiste exactement cette démarche et quelles sont les solutions à entrevoir suite à sa réalisation ?

Les enjeux de la consultation citoyenne
En posant cette question au peuple français, la ministre de la santé souhaite recueillir leur opinion sur plusieurs problématiques claires. En effet, les solutions à mettre en avant face à la perte d'autonomie, les problèmes soulevés par le vieillissement croissant de la population et, découlant de tout cela, le futur des métiers de l'assistance, font partie des enjeux principaux d'une telle consultation. En effet, en 2050, la population française comptera pas moins de 5 millions de seniors âgés de plus de 85 ans. Au vu de ces chiffres et des réalités contemporaines concernant les soins des aînés, Agnès Buzin considère qu'il est primordial de traiter cette question pour une meilleure prise en charge des personnes âgées dès demain.

La prévention au cœur de la démarche
L'idée est de mettre l'accent sur la prévention. Faire en sorte dès aujourd'hui que les solutions se centrent précisément sur la possibilité d'éviter un maximum de problématiques nouvelles qu'un nombre toujours croissant de personnes âgées pourrait faire apparaître. Dans cette optique, un comité composé de scientifiques et d'experts travaillera à la mise au point des différentes possibilités de prévention permettant, entre autres et principalement, de maintenir les personnes âgées aussi longtemps que possible chez elles, mettant ainsi l'accent sur le maintien de l'autonomie.

Comment va concrètement se dérouler cette consultation ?
La volonté apparente derrière une telle démarche, c'est bien entendu de faire en sorte que la problématique du vieillissement ne soit pas traitée que par des experts, mais bien par l'ensemble de la population. En effet, c'est elle, composée de nombreux actifs et d'un grand nombre de jeunes, qui sera concernée dans un futur pas si éloigné que ça. Ainsi, cette démarche inédite visera à laisser les Français s'exprimer sur autant de plateformes que possibles. Les réseaux sociaux et les sites de service publics seront bien entendu largement plébiscités, mais les consultants se déplaceront également un maximum auprès de ceux qui n'ont pas accès à internet.

Jusqu’au 10 décembre, chacun est invité à formuler ses propositions concrètes «pour mieux prendre soin de nos aînés» sur la plateforme de propositions Make.org : https://make.org/FR#/FR .